Appel à communication – colloque premières bouchées de pain. 21-25 octobre 2019, Université Paul Valéry (Montpellier)

Le colloque Premières bouchées de pain : Archéologie et Histoire du « pain » : Europe-Égypte (Protohistoire-Antiquité) se tiendra du 21 au 25 octobre 2019 à l’Université Paul Valéry (Centre Saint-Charles) à Montpellier.

Il est organisé par Philippe Marinval (CNRS), Adeline Bats (Université Paris-Sorbonne), Florian Jedrusiak (Université Paris Nanterre) et Jean-Marc Luce (Université Jean Jaurès).

Objectifs scientifiques 

Le « pain » (notion prise au sens large) est, pour de nombreuses sociétés, et depuis très longtemps, un aliment de base, qui plus est chargé d’une symbolique forte. Paradoxalement, surtout dans un pays comme la France où le pain constitue l’un des emblèmes nationaux, aucune recherche d’envergure n’a été effectuée sur l’histoire ancienne du pain.

Ce colloque vise à combler cette lacune de part sa conception pluridisciplinaire intégrée. Un mélange volontaire des types d’approche (analyses archéologique, données textuelles, iconographiques, expérimentations, données ethnographiques et actuelles…) est opéré afin de créer une synergie interdisciplinaire au sein de la diversité des approches.

Afin de mieux cerner le domaine dans sa complexité, les cadres géographiques et chronologiques sont volontairement étendus. L’ensemble de l’Europe est concernée ainsi que l’Egypte où les sources documentaires (qu’elles soient archéologiques ou textuelles) sont abondantes mais demeurent encore peu exploitées. 

Le choix d’un large cadre géographique permet d’envisager le pain dans sa diversité, en s’interrogeant sur les matières premières employées (céréales, légumineuses, fruits) mais également sur les modes de consommation (galettes, miches, pain cuisiné…). De fait, le pain devient un des témoins de l’évolution des économies végétales anciennes et des pratiques alimentaires. Dans cette perceptive globale, il a donc été décidé d’intégrer la Méditerranée orientale et plus particulièrement l’Égypte ancienne, qui a connu une longue tradition boulangère. 

Le sujet est, d’autre part, traité en diachronie dans la très longue durée : du Néolithique à l’Antiquité. Une chronologie longue s’impose d’elle-même si l’on veut cerner au mieux le sujet.

Enjeux par rapport à l’état actuel des connaissances 

Les études sur les pains sont encore balbutiantes. Aussi, ce colloque permettra de faire le point sur les connaissances actuelles ceci dans le cadre d’une approche intégrée pluridisciplinaire. Il sera aussi l’occasion de créer un réseau thématique pluridisciplinaire de chercheurs travaillant sur le sujet. Réseau qui aura notamment pour but de favoriser l’élargissement des champs d’observation et d’éviter l’éclatement des angles de vue, débouchant bien souvent sur une vision fragmentaire du domaine. 

Ce colloque vise également à harmoniser les études en proposant un protocole commun international d’analyse des pains archéologiques.

Il réunit, de plus, des chercheurs qui développent des programmes d’expérimentations en vue de mieux cerner les modes de panification et de cuisson. Alors que les sources historiques et les analyses de pains en laboratoire fournissent une multitude d’informations sur les modes de panifications et les pratiques alimentaires associées aux céréales, la mise en place de projets d’archéologie expérimentale permet aux historiens de se confronter à la matérialité des chaines opératoires. Ainsi, dans la veine de l’histoire des techniques initiée dans les années 1980, l’archéologie expérimentale met à l’épreuve les hypothèses des archéologues et tente de combler les lacunes des sources. Cette démarche, qui connaît depuis ces dernières un certain regain, est aujourd’hui intégrée dans de nombreux programmes interdisciplinaires. La nécessité d’envisager de tels programmes sur le long terme, permettant la répétition des gestes et la production massives de données, pousse les chercheurs à s’interroger sur la nécessité de mettre en place une méthodologie, de la recherche des matières premières à l’enregistrement des données, en passant par l’établissement de protocoles. Plusieurs projets de production de pain antique sont actuellement en cours et permettent de confronter les savoirs des historiens et des boulangers et d’éprouver ainsi des hypothèses parfois largement admises par la communauté scientifique.

Comité scientifique

Adeline Bats (Doctorante, Université Paris-Sorbonne)

Antoine Bernabé (Chef d’entreprise – Les Moulins Pyrénéens, Sallèles-d’Aude)

Hubert Chiron (INRA, UR 1268, Nantes)

Florian Jedrusiak (UMR7041, GAMA, Université de Paris-Nanterre)

Jean-Marc Luce (PR – Université Jean Jaurès, Toulouse)

Philippe Marinval (CR – CNRS, UMR 5140)

Nicolas Monteix (MCU – Université de Rouen)

Retrouvez ici l’appel à communication


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search