Marion Gosselin et al., La forge de Castel-Minier au XIVe siècle : une économie de subsistance. GMPCA 2019

Ce poster à été présenté lors du GMPCA 2019.

La forge de Castel-Minier au XIVe siècle : une économie de subsistance

M. GOSSELIN (1,2); Y. TENDERO (3) ; M. L’HERITIER (1,4) ; I.STEPANOV (5) ; J.-C. MEAUDRE (2); F. TEREYGEOL (2) ; P. DILLMANN (2)

(1) UMR7041, ArScAn, Equipe GAMA, MAE, Université de Nanterre,  (2) LAPA-IRAMAT, NIMBE, CEA, CNRS, Université Paris-Saclay, CEA Saclay 91191 Gif-sur-Yvette France,  (3) LTCI, Télécom ParisTech, Université Paris-Saclay, 75013, Paris, France, (4) Université Paris 8, département d’histoire, EA 1571 HISPOSS, (5) Post-Doctoral Fellow, Ariel University, Israel

Castel-Minier se trouve situé sur l’actuelle commune d’Aulus-les-Bains dans le département de l’Ariège. Ce site, connu pour être un des plus grands sites argentifères du royaume de France, présente également une activité sidérurgique non négligeable dès la fin du XIIIèmesiècle jusque vers 1580. Nous nous intéressons plus particulièrement dans le cadre de cette étude, à l’introduction de la métallurgie du fer par le biais d’une forge datée du début de l’exploitation. Celle-ci témoigne d’une activité de transformation et de mise en forme du métal dans un contexte artisanal, antérieure à l’introduction de l’activité de réduction du minerai de fer. 

Différents lopins et tôles en cours de travail ont été retrouvés en place. Une analyse morphologique a mis en évidence un travail de mise en forme de ces objets : découpe, percement, écrasement … Puis, une analyse métallographique a montré qu’ils s’agissaient d’aciers carburés contenant peu d’inclusions. Sur deux d’entre eux, des soudures ont pu être observées. Des structures de trempe, volontaire ou accidentelle, ont été mises en évidence. Des mesures de microdureté ont permis d’apprécier la qualité du fer utilisé à cette période. 

L’étude de ces demi-produits nous permet de comprendre la place occupée par les alliages ferreux au sein du site de Castel Minier lors du début de la mise en exploitation du gisement minier. Ces semi produits doivent être mis en relation avec l’outillage nécessaire à l’activité minière que nous avons également retrouvé. Cette première installation s’inscrit dans une économie de subsistance qui tranche avec les systèmes de production qui se mettent en place sur le site quelques décennies plus tard.Cette étude s’intègre également dans une démarche générale comparative visant à mieux cerner la nature des alliages ferreux produits dans différents contextes technico-économiques en Europe occidentale. Nous pouvons d’ores et déjà observer que les alliages ferreux produits à Castel Minier se classent parmi les plus carburés des demi-produits analysés. Cette caractéristique serait à rapprocher de l’usage du minerai au manganèse.

Retrouvez ici le poster



Citer ce billet
Guillaume Huitorel (2019, 18 juin). Marion Gosselin et al., La forge de Castel-Minier au XIVe siècle : une économie de subsistance. GMPCA 2019. Les carnets de GAMA. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/owyl

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search