Guillaume Huitorel. L’instrumentum fundi. L’équipement des activités domaniales des établissements ruraux du nord de la Gaule (Ier-IVe ap. J.-C.)

Guillaume Huitorel soutiendra sa thèse le 27/11/2017 sous la direction de Paul Van Ossel (salle B015)

Université Paris Nanterre, E.D. 395

Le développement de l’archéologie agraire et de l’exploration des parties économiques (pars rustica) des établissements ruraux de Gaule romaine, permet aujourd’hui de proposer une synthèse sur l’instrumentum fundi : l’équipement des domaines.

À partir d’un échantillon de 140 sites archéologiques fouillés dans le nord de la Gaule, 1 600 équipements mobiliers (outils) et immobiliers (infrastructures et bâtiments) sont inventoriés. Ils représentent plus de 70 équipements de nature différente, qui sont caractérisés par leur structure, leur fonctionnement et leur fonction.

Les découvertes archéologiques donnent une image très complète de l’équipement des exploitations au moment de leur fonctionnement, malgré des biais liés à l’incertitude des identifications et à la non-conservation de certains matériaux comme le bois et l’osier.

L’identification récurrente de greniers, bâtiments de stabulation, séchoirs ou encore sonnailles, faucilles et faux, offre l’image d’une activité domaniale d’abord tournée vers l’agriculture et l’élevage, ainsi que la transformation de produits alimentaires. Toutefois, les activités d’acquisition et de transformation de matériaux à des fins non alimentaires sont également bien présentes à travers des équipements tels que les fours de tuiliers, les marteaux, les ciseaux, etc.

L’assemblage des équipements et leur position dans les processus de production, à l’échelle de microrégions (Plaine de France, nord-est de Dijon, vallée de la Moselle, etc.) et du nord de la Gaule, permettent de préciser la nature de ces activités ; qui prennent part à l’entretien et au fonctionnement des exploitations mais dépasse parfois ce cadre pour participer à l’économie domaniale.

L’étude de certains équipements comme les fosses à fumier, les moulins hydrauliques ou encore le vallus nous conduit à identifier une dépense des domaines dans des installations et des outils performants que l’on peut, dans certains cas, qualifier d’innovations. Ces observations permettent de s’éloigner un peu plus de certains poncifs, parfois encore en vigueur, concernant une économie antique autarcique et stagnante, freinée par un retard technique et par l’esclavage. L’identification et la caractérisation des équipements renvoient, à l’inverse, l’image d’une économie plus ouverte associant des acteurs différents par leur superficie bâtie et cultivée, mais qui emploient, à leur échelle, des infrastructures et des outils efficaces.

 

Rapporteur Alain Bouet Professeur, Université Bordeaux Montaigne
Rapporteur Stéphane Mauné Directeur de recherche, CNRS U.M.R. 5140
Membre du Jury Anne Nissen Professeur, Université Paris I Panthéon-Sorbonne
Membre du Jury Philippe Leveau Professeur émérite, Centre Camille Jullian
Membre du Jury Paul Van Ossel Professeur, Université Paris Nanterre

 

 


Vous aimerez aussi...