Pauline Bombled. La lance en Gaule durant l’Antiquité tardive (IIIe s.-Ve s. apr. J.-C.)

Pauline Bombled, La lance en Gaule durant l’Antiquité tardive (IIIe s.-Ve s. apr. J.-C.) sous la direction de Paul Van Ossel et la co-direction de Philippe Dillmann et Michel Kazanski, et le tutorat de Gaspard Pagès.

E.D. 395 Milieux, Cultures et Sociétés du Passé et du Présent, Université Paris Nanterre

La lance est un objet qui, au cours de l’Antiquité, acquiert une plus grande importance. Dès le IIIe s. apr. J.-C., son port se généralise dans l’armée romaine. Elle n’équipe plus uniquement les cavaliers et les fantassins auxiliaires comme cela fut le cas durant tout le Haut Empire mais devient aussi l’arme de l’infanterie légionnaire. Son étude permet ainsi de mieux saisir sa place dans la panoplie du soldat et de déterminer son efficacité ainsi que celle des lanciers dans l’organisation tactique et stratégique des armées romaines. Au-delà de son usage en tant qu’arme, elle permet de se pencher sur certaines pratiques sociales des populations antiques. Arme de chasse, symbole juridique, politique, emblème de pouvoir et d’autorité, la lance, comme le soulignent les productions iconographiques de cette période, occupe une place importante dans les sociétés romaines et barbares de l’Antiquité tardive.

L’inventaire des vestiges de lance et de javelot (talon, pointe, hampe) constitue l’outil de base de cette recherche. Il permet ainsi d’identifier les vestiges, de spécifier leurs critères distinctifs et leurs caractéristiques morphologiques, de définir les contextes de découverte au niveau du site et de l’unité archéologique à laquelle ils appartiennent, de signaler les éléments précisant leur chronologie. Ce corpus, adossé à une typologie rend compte de la répartition des lances et de leur nombre.

La grande diversité des formes de fers de lances que soulignent les nombreuses découvertes archéologiques est souvent associée à la pluralité de ses utilisations en tant qu’arme. De nombreux chercheurs se sont attardés sur cette question des liens entre forme et fonction. Les affirmations, nombreuses, sont toutefois contradictoires d’un chercheur à un autre. L’expérimentation archéologique, combinée à l’analyse de la structure interne des pointes et à l’observation des déformations plastiques ou physico-chimiques sur les lames, peut apporter des éléments de réponse à cette problématique ancienne. Les analyses métallographiques sont aussi un moyen d’en étudier l’efficacité et la résistance. Elle offre aussi la possibilité de déterminer certaines méthodes de fabrication de ces vestiges.

La Notice des Dignités ne mentionne qu’une seule fabrica spécialisée dans la conception des armes d’hast. Localisé à Irenopolis, en Cilicie (actuelle Turquie), il paraît peu probable que cet atelier ait à lui seul fourni en lances l’ensemble des armées de l’Empire romain. L’étude d’un échantillon ciblé d’ateliers métallurgiques peut sans doute permettre de mieux comprendre la distribution et le système d’approvisionnement des lances dans l’armée romaine.

À partir de ces différents axes de recherche, il s’agit donc de répondre à un certain nombre de problématiques sur les lances : la question de leur fabrication, leur composition, leur utilisation, leurs influences, leur efficacité, leur approvisionnement, leur distribution et leur appartenance (civile ou militaire).

Pauline Bombled

Thèse commencée en 2017


Vous aimerez aussi...