Marion Dessaint. Les établissements ruraux du territoire des Rèmes : formes, évolutions et dynamiques de peuplement entre le milieu du IIIe s. av. J.-C. et VIe s. ap. J.-C.

Marion DessaintLes établissements ruraux du territoire des Rèmes : formes, évolutions et dynamiques de peuplement entre le milieu du IIIe s. av. J.-C. et VIe s. ap. J.-C., sous la direction d’Olivier de Cazanove (Université Paris 1) et la co-direction de Michel Reddé (EPHE).

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, E.D. 112 École doctorale d’Archéologie

 

Les recherches concernant le territoire des Rèmes restent encore très lacunaires et souffrent de l’absence d’une synthèse générale sur cet espace. Cette thèse porte sur les établissements ruraux, c’est-à-dire les différentes formes d’occupation rurales, en s’abstenant d’une approche qui porterait exclusivement sur les structures bâties. Il s’agit donc d’appréhender ces exploitations ainsi que le territoire qui les entoure, qu’elles peuvent éventuellement posséder et exploiter, sur le temps long entre le milieu du IIIe s. av. J.-C. et le VIe s. ap. J.-C. L’espace dont il est question est occupé par les Rèmes et s’étend principalement sur les départements actuels de la Marne, de l’Aisne et des Ardennes.

C’est dans ce cadre historique et géographique que se pose la question de l’organisation et de l’évolution des populations rurales à travers l’analyse de la répartition des établissements ruraux, de leurs interactions, de leurs évolutions mais également de leurs rapports avec les agglomérations secondaires et oppida. Une étude spatiale poussée, à l’aide de logiciel de cartographie tel que le SIG, permet d’appréhender les dynamiques de peuplement entre ces deux périodes et d’éclairer la mise en place de certains centres urbains dont les alentours ne sont que trop peu explorés et étudiés.

Ce travail prend en compte l’analyse du contexte naturel et du paysage dans lequel s’inscrivent ces exploitations. L’objectif étant de déterminer le plus précisément possible la qualité des sols, facteur qui semble déterminant dans l’implantation des établissements ruraux. L’approche spatiale de ce territoire est complétée par une enquête concernant les fonctions et la nature des sites. Celle-ci permet de mettre en évidence les caractéristiques architecturales de ces domaines agricoles et d’identifier des attributs propres aux exploitations du territoire des Rèmes. De fait, cette analyse est également associée aux études paléo-environnementales disponibles dans cet espace, plus particulièrement les études carpologiques et archéozoologiques, dans l’objectif de déterminer les productions de ces exploitations. L’étude de l’outillage agricole, métallique et lithique, apporte également des informations sur la fonction de ces établissements ruraux. Liée à l’analyse spatiale des sites, ces données permettent d’aborder des problématiques concernant les réseaux d’échanges au sein de cet espace et les habitudes alimentaires des populations des différentes périodes étudiées.

Enfin, l’inventaire réalisé dans le cadre de cette thèse permet de traiter des données de l’archéologie préventive, qui n’ont jamais été confrontées entre elles, aux données des prospections aériennes, ou aux données plus anciennes, réalisées dans cet espace. En combinant les analyses spatiales et fonctionnelles des sites, il est possible de mettre en avant les diversités au sein d’un même territoire et de comprendre sur la longue durée les choix d’implantations et modes de vie des populations de cet espace.

Marion Dessaint

Thèse commencée en 2016


Vous aimerez aussi...