Vincent Apruzzese. La fin de l’Antiquité chez les Sénons, Meldes et Parisii. Persistances, adaptations et ruptures dans trois cités de Gaule Lyonnaise (IIIe-VIe siècles)

Vincent Apruzzese, La fin de l’Antiquité chez les Sénons, Meldes et Parisii. Persistances, adaptations et ruptures dans trois cités de Gaule Lyonnaise (IIIe-VIe siècles), sous la direction de Paul Van Ossel.

Université Paris Nanterre, E.D. 395

Cette thèse s’intéresse aux mutations propres à l’Antiquité tardive appliquées au cadre strict et cohérent de la civitas gallo-romaine. Elle se fonde pour partie sur une documentation récente et renouvelée par l’archéologie préventive, particulièrement dans une région fortement urbanisée comme peut l’être l’Île-de-France. Outre une analyse spatiale sur SIG, près de 200 sites majeurs, tirés d’un corpus fort de plus de 1500 points de peuplements viennent nourrir la problématique. Ils se répartissent sur les cités sénone, melde et parisii, un espace vaste et éminemment stratégique de la province de Lyonnaise Sénonaise à la confluence de la Seine, de l’Yonne, de la Marne et d’un tronçon de la via Agrippa venus structurer le territoire.

Débutant par les évènements réputés graves du milieu du IIIe siècle, à une époque où la documentation épigraphique, donc civique, disparaît et se trouve supplanter par des sources juridiques et ecclésiastiques de portée plus générale, elle vise à analyser la réaction qu’engendre cette déstabilisation sur plusieurs secteurs vitaux de ces trois cités. Six axes majeurs seront développés, dont les trois premiers centrés sur la gestion politique : la mise en défense du territoire à travers les axes fluvio-routiers stratégiques, défense revenant à s’interroger sur une hypothétique réorganisation du territoire en fonction des nécessitées militaires ; la révolution urbanistique du passage de la ville ouverte à la ville close qui remodèle la topographie urbaine au détriment d’une bonne part de la parure monumentale du Haut-Empire ; la vie municipale qui en découle, pour l’essentiel inconnue, en s’intéressant notamment au devenir de l’élite et des curiales ; l’évolution du réseau économique par les transformations multiples que subissent les agglomérations secondaires et leurs échanges ; les dynamiques de peuplement, renvoyant directement aux fluctuations démographiques et qui nous interrogent aussi sur la capacité qu’ont certains sites à survivre au détriment d’autres dans une logique de « sélection naturelle » dont les critères restent à déterminer ; enfin les phénomènes majeurs de société, culturels par la présence de populations exogènes, ou cultuelle, notamment par les modalités de disparitions des cultes traditionnels et l’émergence du christianisme dont la vision a été complètement renouvelée ces dernières années.

Passé le IVe siècle, la nature des liens entre ville et campagne se pose. L’emprise de la civitas sur son territoire est-elle encore mesurable, et si oui lui est-elle propre ? Cette phase de grands bouleversements pourrait permettre d’expliquer l’essor politique soudain de Paris, ville ordinaire de l’Empire, et de sa prépondérance sous Clovis.

Vincent Apruzzese

Thèse commencée en 2015

 

Crédit de l’image à la une

Restitution de la construction de l’enceinte tardive de Poitiers (Vienne) (Application 3D Poitiers Évolution (GMT Édition, Mairie de Poitiers))


Vous aimerez aussi...