Guillaume Huitorel, Caractériser les outils agricoles : l’apport de l’expérimentation. XIIIe colloque AGER

Ce poster a été présenté lors du dernier colloque de l’Association AGER qui s’est tenu à Dijon le 9 et 10 octobre 2018. Placé sous le thème « outillage et équipement mobilier des activités agropastorales en Gaule (IIe s. av.-VIe s. de n.-e.) », le colloque a été organisé par N. Tisserand (INRAP) et M. Kasprzyk (INRAP).

L’outillage agricole d’époque romaine souffre encore de difficultés d’identification et de caractérisation. Les interrogations concernent le plus souvent des questions pratiques sur le type d’emmanchement, le geste associé à l’outil ou encore l’action de l’objet sur la matière. Comment la reconstitution d’outils à partir des données archéologiques et leur test dans le cadre d’un protocole enrichissent-ils les réflexions et améliorent-ils leur compréhension ?
Dans un article de 1991, F. Sigaut définit les trois caractères d’un objet : la structure, la forme de l’objet ; le fonctionnement, la manière dont il est utilisé et la fonction, la ou les fins pour lesquelles il est employé. Comment remonter à ces trois caractères à partir du mobilier archéologique, souvent fragmentaire et presque toujours incomplet ? Les sources disponibles pour le chercheur sont nombreuses (comparaisons, textes, iconographie, etc.) mais souvent pauvres en informations techniques. Or, l’étude de l’outillage agricole ne peut se passer de ces aspects concrets auxquels l’étude théorique s’intéresse (Lerche 2003, p. 70-71). L’expérimentation peut sensiblement améliorer notre connaissance des objets en se rapportant à tous les aspects de la caractérisation : la restitution de l’outil et de ses parties manquantes, la recherche du (ou des) geste(s) associé(s) ainsi que l’action de l’équipement sur la matière. La méthode a été utilisée pour mieux appréhender des outils en fer à lame échancrée et des objets en bois de cerf. Les tests sont réalisés depuis 2017 à l’Espace d’Aventures Archéologiques (parc Départemental des Hautes-Bruyères, Villejuif) dans le cadre d’une convention entre le Département du Val-de-Marne, représenté par le service Archéologie, et le CNRS, représenté par l’UMR 7041 ArScAn. Il s’agit de tests toujours en cours de réalisation, et donc de résultats préliminaires…

Lien vers le document sur Archive ouverte HAL


Vous aimerez aussi...