Sophie Féret. Statuettes en terre cuite de l’époque hellénistique en Italie : productions et variations

Sophie Féret soutiendra sa thèse le 21/12/2018 à 14h sous la direction du professeur Olivier de Cazanove (Université Paris I), à l’INHA, salle Vasari.

Le moulage en terre cuite est un procédé de fabrication qui permet de reproduire mécaniquement des objets, à l’aide de matrices. Aussi, en tant que procédé technique, la coroplathie est un exemple de fabrication et de diffusion d’images en nombre.

Ma recherche est centrée sur la construction d’une typologie des statuettes en terre cuite de l’époque hellénistique, et principalementcelles qui datent des IIIe et IIe siècles av. n.è. en Italie. Celles-ci se caractérisent par un renouvellement iconographique des figurines génériques, sans attribut, dont les plus emblématiques sont les représentations de femmes drapées, appelées aussi « tanagréennes ». En effet, à partir du milieu du XIXe siècle, avec l’apparition sur le marché de l’art des figurines de Tanagra (vers 1870) et de Myrina (vers 1880), le sujet a commencé à attirer l’attention des amateurs d’antiquités puis des scientifiques. Longtemps collectionnées pour elles-mêmes, ces statuettes ont souvent été désolidarisées de leurs environnements archéologiques. En Italie,c’est en grande partie par des études rétrospectives des statuettes conservées dans les musées qu’on parvient aujourd’hui àreconstituer des assemblages et des contextes de découverte (votif ou funéraire).

La documentation ayant servi de matière première à cette thèse est disparate. Elle est constituée de catalogues d’objets et de notices de sites éparses dans lesquelles les statuettes sont souvent sous-exploitées. C’est toute la difficulté de cette démarche : ces figurines en terre cuite, à la fois nombreuses, répétitives et souvent fragmentaires suscitent peu d’engouement ; la dynamique de recherches’attardant davantage sur des lots d’objets mieux conservés ou identifiés. Dans un certain sens, mon travail tente de revaloriser le multiple tant du point de vue de l’artisanat que des usages de ces statuettes dans leurs matérialités religieuses.

Le terrain d’enquête de cette étude est celui de l’Italie hellénistique, indépendamment des contextes culturels (italiques, grecs,étrusques, romains) dans lesquels l’historiographie a parfois eu tendance à enfermer la petite plastique en terre cuite. En dépit de leur nombre et de leur diversité, ou plus exactement en raison de ces facteurs, ces figurines restent assez mal connues. Dans madémarche, j’ai tenté d’échapper aux classements iconographiques et techniques habituels. Ces types tanagréens, largement constitués de figurines féminines drapées mais aussi de quelques sujets mythologiques (Eros, Aphrodite, Athéna, Hermès…) quipar des jeux d’attributs superposés personnalisent ces figurines, ont été observés et analysés en fonction de leur forme et présentés selon une typologie morphologique. Celle-ci a été conçue dans la perspective de proposer une nouvelle grille de lecture etd’interprétation afin de construire des instruments de recherche mieux à même de s’adapter à ces objets dépourvus d’apparentes significations, enchevêtrés dans une sérialité des formes d’où émergent des singularités. La forme et ses variations sont au cœur du sujet, donnant lieu à des développements sur les principales échelles de production de ces figurines et sur l’interprétation des images qu’elles ont véhiculées en fonction de leur environnement topographique, historique et culturel.

Invitation à la Soutenance


Vous aimerez aussi...